Jésus ne nous oblige pas à avoir un petit cœur ! c’est même tout le contraire.
Il ne nous demande pas de choisir dans notre amour : il veut tout.
Il nous invite à un amour qui s’étende aussi loin qu’il y a quelqu’un à aimer.

          Ne pas mettre de limite est la première chose que Jésus nous apprend aujourd’hui. L’amour ne s’épuise pas dans l’observance des quelques 260 préceptes contenus dans la Torah. La mesure de l’amour est toujours d’aimer sans mesure. Quand on pense avoir tout fait pour aimer, on n’a pas encore fini !

          Ainsi Jésus nous dit de vivre trois amours. Trois amours qui naissent dans un seul cœur. Trois amours qui ne se font pas concurrence mais qui se prouve l’un par l’autre.

 1er amour : aimer Dieu. Il fait aussi partie des personnes à aimer. De toutes Il est le plus aimable.

 2ème  amour : le prochain. Sans choisir parmi nos prochains. Le plus vulnérable, le plus faible, la manière dont nous l’aimons, voilà ce qui donne la température de notre capacité d’aimer.

 3ème  amour : soi-même. J’aime mon prochain comme moi-même : vous voyez le problème si je ne m’aime pas.
Bernanos l’illustre de belle manière à la fin de son livre « le journal d’un curé de campagne » : « Il est plus facile que l’on croit de se haïr, la grâce est de s’oublier, la grâce des grâces est de s’aimer. » 

Le mot de la fin Benoît XVI nous le dit dans son encyclique « Dieu est amour » : l’existence chrétienne est fondée sur l’amour : «Nous avons reconnu et nous avons cru que l’amour de Dieu est parmi nous». Nous avons cru à l’amour de Dieu: c’est ainsi que le chrétien peut exprimer le choix fondamental de sa vie. À l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas… une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive… Jésus a réuni, en en faisant un unique précepte, le commandement de l’amour de Dieu et le commandement de l’amour du prochain. Ces deux dimensions étaient présentes dans le peuple juif mais de manière séparée. Comme Dieu nous a aimés le premier (cf. 1 Jn 4, 10), l’amour n’est plus seulement un commandement, mais il est la réponse au don de l’amour par lequel Dieu vient à notre rencontre.

          Tenir ensemble les trois amours, vivre ainsi le seul amour, voilà le secret pour aimer en vérité.

  Abbé Pierre PEYRET +