Je vous rassure ce ne sera pas aussi long  que ce silence dont nous parle le livre de l’Apocalypse mais quoiqu’il en soit de sa durée il nous parle : le silence est éloquent. Dans le cadre de l’année de l’esprit le diocèse de Lyon nous propose de faire davantage attention au silence, silence dans nos communautés, dans nos rencontres, dans nos célébrations, peut-être aussi dans nos relations, dans nos familles, dans nos journées. Le silence est fécond pour celui qui sait le vivre.

Le silence est le portier de la vie intérieure, il nous permet de découvrir ce qui nous habite, d’être à l’écoute de l’esprit qui nous anime. Dans nos relations avec
les autres le silence est important en ce qu’il nous permet d’accueillir l’autre, de lui faire une place. Je ne peux écouter l’autre que si je lui laisse la possibilité de parler en me taisant et en faisant attention à lui.

Le silence est donc attention et accueil. Nous essayerons aussi de vivre ce silence comme attention à Dieu et aux autres. La communauté chrétienne n’existe que dans la mesure où Dieu a sa place, et également que dans la mesure où chaque fidèle est uni aux autres. Dans nos célébrations, avec les équipes liturgiques, nous serons attentifs à vivre les silences prévus par la liturgie. Silence qui se fait invitation à se présenter devant Dieu. Silence qui signifie accueil de la Parole de Dieu. Silence qui reconnaît la présence de Dieu et nous permet de Lui être présent à notre tour.

Abbé Pierre PEYRET +