Une fois encore Dieu nous ouvre la richesse de son Cœur dans sa Parole. « Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés. » Jr,31 Cette prophétie de Jérémie s’est réalisée dans la venue du Christ, dans son obéissance pleine d’amour jusqu’à la mort surla Croix.Eneffet, surla Croix Jésusefface notre dette, Il répare pour les péchés des hommes, passés, présents et à venir.

             Jésus nous invite à Le suivre, à L’imiter. Et, c’est peut-être là, dans son pardon, que nous pouvons Lui ressembler le plus. Dans la cinquième demande du Notre Père, « pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi », nous sommes mis à égalité avec Dieu. Dieu nous pardonne comme nous pardonnons. Pour ainsi dire Dieu suspend son pardon au nôtre. Qu’y a-t-il de si important dans le pardon pour que Dieu le conditionne ainsi ? Il semblerait que Dieu soit comme empêché de pardonner si, nous, nous ne pardonnons pas !

             Ce qui est en jeu, c’est la relation au bien et au mal. Le Mal, sera-t-il vainqueur ? Dieu est le bien suprême. Tout ce qu’on enlève au bien est coupé de Dieu. Ultimement donc le pardon est divin. Le pardon est ce qui rétablit l’unité, la relation entre les hommes et avec Dieu. En Dieu il n’y a pas de division. Si je suis divisé, si nous sommes divisés entre nous : cette division ne pourra pas rentrer en Dieu. En Dieu il n’y a que la communion ; la communion n’est pas possible là où il y a la division. Le pardon rétablit l’unité. Il nous réintroduit dans le bien suprême qu’est Dieu. En Dieu, il ne manque aucun bien. C’est nous qui nous coupons du bien ; le pardon nous y réintroduit.

             Le pardon est un amour qui triomphe. Dieu veut notre bien. Il nous aime, Il est prêt à nous pardonner. Il le fait sur la Croix.

 

             Laissons-nous attirer pas Jésus ! Surla Croix, Il nous attire tous afin de nous pardonner, de nous libérer de nos chaînes intérieures. Qu’il y ait une pudeur de notre part par rapport à nos péchés, c’est normal. C’est pourquoi l’Eglise défend toujours le confessionnal. Le confessionnal est le lieu ordinaire de la confession. Chacun doit pouvoir être tranquille, laisser ses émotions se manifester de manière pudique sans être inquiet. Le lieu de la confession rappelle aussi que cet acte est divin : c’est Dieu Lui-même qui agit, c’est Dieu qui pardonne. Il y a un acte sacré dont le prêtre est le serviteur. Le prêtre est là comme l’instrument du Ciel.

             Dans le sacrement de pénitence et de réconciliation, Jésus prend nos péchés et les cloue àla Croix.Nous, nous pouvons dire que nous déclouons Jésus, ou plus simplement, si nos péchés ne sont pas des péchés mortels, que nous enlevons une épine de la couronne qui Lui a été mise sur la tête.

             En vivant le pardon de manière ordinaire nous transformons notre vie, nos relations avec les autres, le monde même. A chaque fois nous faisons progresser le bien dans le monde. Ne nous en privons pas.

Tagged with: