Un exemple de foi : voilà ce qu’est notre cher Pape jusqu’au bout. Il nous a dit et redit que l’Eglise n’a qu’un seul centre, une seule raison d’être, et que c’est Jésus-Christ, Dieu pour l’homme. Benoît XVI sait que l’Eglise n’est pas la sienne mais celle du Christ, et que celui-ci l’a choisi pour en prendre soin, la guider, la fortifier, la conserver dans la foi. Jugeant qu’il ne pourra plus physiquement, psychiquement, accomplir ce ministère, il décide de se retirer : quelle leçon ! alors qu’il nous apporte encore tant dans ses enseignements, dans la simplicité et la luminosité de son intelligence.

     Saurons-nous comprendre cette leçon au début de ce carême ? Les Cendres de Mercredi nous ont rappelés à l’humilité, c’est-à-dire à la vérité de notre condition de poussière si nous nous attachons à nous-mêmes, à notre amour-propre, à notre égoïsme, à notre recherche du pouvoir, à nos possessions. Merci Saint-Père de nous rappeler jusqu’au bout à quoi nous sommes destinés comme homme et comme chrétiens. Merci de nous rappeler quels doivent être nos choix, ce qui doit les orienter et finalement nous guider. Nous prions pour vous et pour toute l’Eglise qui poursuit son chemin : avec vous, jusqu’au 28 février, puis avec votre successeur que nous aimerons aussi puisqu’il sera le Pape que Dieu nous donne.

 Abbé Pierre PEYRET +