Quelle joie ! j’ai retrouvé la foi. Beaucoup on put se dire cela durant cette année, une année particulière puisque c’était une Année de la foi. Chaque baptisé était invité à découvrir ou redécouvrir ce qu’est la foi, car ce n’est pas rien la foi.

            Ceux qui se mettent en route, ceux qui découvrent le Christ et qui désirent le baptême nous encouragent en ce sens. Il y a une soif de découvrir Dieu, de Le connaître, d’apprendre de Lui. Elle est belle la foi des catéchumènes (ces adultes qui se préparent au baptême), ils prennent le temps de la découvrir, de la vivre, ils apprennent comme des enfants. Mais nous sommes tous des enfants devant Dieu, Il a tant à nous dire, tant à nous donner. La foi est une lumière, un don, une vie. S’appuyer sur la foi, c’est comme s’appuyer sur ses jambes : elle nous met debout.

           La foi, c’est Dieu qui se fait connaître, qui nous dit qui Il est, et, c’est notre « oui » à Lui. Il faut les deux : ce que Dieu nous dit de Lui, les vérités de la foi, et notre confiance, notre accueil de tout ce qu’Il est, notre fidélité. Nous n’avançons pas à cloche-pied.

            Ce n’est pas rien la foi. Peut-on la perdre d’ailleurs ? Il arrive que nous égarions des choses dans notre maison : une clef, un outil, un livre… nous ne perdons jamais la machine à laver le linge ! C’est ce qui est petit que nous risquons de perdre, ce qui est grand se voit, et aucun obstacle ne peut le cacher. Jésus admire la foi du Centurion de l’Evangile : elle est grande, aucun obstacle ne peut la cacher. « Va, ta foi t’a sauvé ! »

Abbé Pierre PEYRET

Veillée pour la vie
naissante

            Lorsque     le pape était en Argentine, il disait que la question du refus de     l’avortement n’est pas une question religieuse, c’est une question qui concerne tout homme. Toute vie doit être respectée et particulièrement celle de celui qui n’a aucun moyen de se défendre.

Vous êtes invités à une Veillée de prière et témoignage à la Basilique de Fourvière le : samedi 30 Novembre à 20h30.