Noël approche, il a un message pour chacun de nous, Dieu nous parle de notre humanité. C’est tout de même étrange que ce soit Dieu qui nous en parle, et pourtant c’est Lui qui le fait le mieux. Car notre humanité Il l’a connaît. Normal, me direz-vous, puisque c’est Lui qui l’a faite. Ce que quelqu’un a fait une fois, il peut le refaire. C’est exactement ce que Dieu veut faire : nous refaire selon notre vraie humanité, faire de nous des hommes véritables.

 

                    Est-ce facile ? cela dépend de quel côté on se place. Du côté de Dieu, cela ne devrait pas présenter de difficulté. C’est pourquoi lorsque Dieu se fait homme, c’est cela Noël, Il se fait vrai homme et homme parfait. En Jésus, nous avons l’humanité parfaitement réalisée, totalement accomplie. Rien ne fait défaut à Jésus, rien ne manque à l’équilibre de son humanité : un modèle humain et divin, un modèle divin d’humanité. C’est Dieu qui se fait le plus homme. En
Jésus, Dieu est l’homme véritable.

 

                    La vérité de l’homme, ce sont toutes ses dimensions qui font une personnalité : l’intelligence, la volonté, les sentiments ou les émotions, le caractère, la sensibilité. En Jésus, toutes ces dimensions sont parfaitement développées et agencées. La sensibilité est extrême sans être débordante. Le caractère est ferme sans être dur. Saint Paul dit « Ayez les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus. » Nous voyons Jésus dans la joie mais aussi la tristesse, avec de grands désirs et cependant l’angoisse n’est pas absente. Ce qui fait que la personnalité de Jésus est équilibrée, c’est que la sensibilité et les sentiments ne supplantent jamais l’intelligence et la volonté. Il demeure en paix et livré tout entier à sa mission, au service de l’homme et de son salut malgré les obstacles et les menaces qui pèsent sur Lui.

 

La vérité de l’homme, ce sont aussi ses capacités. L’homme est fait pour ce qui est grand. L’homme est capable de Dieu. L’horizon de l’homme n’est pas fermé, limité à la terre, au matériel. Un homme, amputé de la dimension spirituelle, n’est plus un homme. Jésus rend l’homme à lui-même en le rendant à Dieu, en lui ouvrant le chemin de Dieu, vers Dieu.

 

            Puissions-nous retrouver notre humanité, la vivre pleinement, totalement. Le temps de l’Avent est ce temps pour accueillir Dieu, pour nous accueillir nous-mêmes dans notre humanité.

Abbé Pierrre PEYRET