Merci pour cette belle Fête Dieu vécu ce dimanche !

Merci pour tous vos témoignages de fidèlité, de soutien, de reconnaissance, d’amitié, d’unité à l’occasion de cet au-revoir !

Merci pour l’offrande que vous m’avez faite !

Nous avons vécu une très belle journée dominicale, expression de ces six années passées ensemble.

Vous trouverez ci-dessous mon homélie de ce dimanche.

Que Dieu vous accompagne sur tous vos chemins.

Abbé Pierre PEYRET

Homélie de la Fête du Corps et du Sang du Christ :

Autour  de la fête Dieu, du Corps et du Sang du Christ, notre fête paroissiale, nous pouvons répondre à beaucoup de questions sur nous-mêmes :

Qu’est-ce qu’un chrétien ? l’Eglise ? Qu’est-ce qu’une communauté ? une paroisse ? Pourquoi nous rassemblons-nous chaque dimanche ?

            Pour comprendre l’Eglise, pour nous comprendre il faut toujours repartir du Christ. La foule cherchait le Seigneur, et Lui aussi nous cherche : Il attire à Lui les hommes, et Il en fait une communauté. Une communauté chrétienne ne se construit pas par nos propres forces, par notre seule volonté. Le prêtre ne saurait y réussir par son seul désir, sa bonne volonté. Il a à accomplir sa mission. Il a une double obligation : connaître ses paroissiens et mettre au centre de la vie de la paroisse l’Eucharistie.

 

« Ma chair est la vraie nourriture. » Saint Paul le dit lui-même, la communauté se forme parce que tous ont part à un seul pain, et ce pain que nous rompons est communion au Corps du Christ.

 

            Il nous rend solidaires, unis les uns aux autres : « Donnez leur vous-mêmes à manger. » Les disciples voulaient les renvoyer chez eux, que chacun s’occupe lui-même de ses besoins, et Jésus a voulu que chacun s’intéresse à son frère.

            C’est peut-être cela connaître : s’approcher de l’autre, s’intéresser à lui. Mais pour être connu, il est aussi nécessaire de s’ouvrir, d’ouvrir la porte de sa maison. Aidez votre futur curé à vous connaître.

 

La foi chrétienne a un centre, et ce centre c’est le Christ, qui attire et unit les personnes, avec Lui et entre elles.

            Si la messe est centrale dans la vie du chrétien, c’est parce que le Christ y est présent, réellement, pleinement. La Messe, présence du Corps et du Sang de NSJC, nous donne la vie. Nous nous souvenons que là est le cœur, l’originalité de la foi chrétienne : Dieu s’est fait homme, Dieu a fait le voyage de notre humanité pour nous rejoindre. Il continue
de venir vers nous, de s’approcher, de vouloir entrer chez nous pour y faire sa demeure.

 

            Mettre la Messe au centre de sa vie, dire son importance, l’aimer, c’est entrer dans la grande histoire de Dieu avec les hommes, c’est expérimenter que Dieu a voulu se faire proche de nous. Dieu n’est jamais loin, c’est nous qui Le mettrions loin en ne venant pas là où Il est si proche.

 

            C’est un rendez-vous qu’il nous donne, une affirmation de sa présence, de sa place dans le monde, dans notre vie. Pourquoi une fête spéciale pour ce que nous vivons chaque dimanche ? Ce que nous répétons court le risque de l’usure. Je vous rassure Dieu ne se lasse pas de nous aimer, de nous donner son Corps et son Sang. Dieu ne s’use pas, Il ne connaît pas l’usure de la répétition parce qu’Il nous aime. Là où les choses sont vécues par amour, là il n’y a pas d’usure. St Josémaria disait un jour : « Tu trouves la Messe trop longue ? c’est ton amour qui est trop court ! »

             Nous avons un impact les uns sur les autres ! et nous donnons une impression à ceux qui sont de passage dans notre église. Il est beau de percevoir votre foi, de la sentir et de constater que le Christ vivant dans son Eucharistie transforme vraiment votre vie de chaque jour.