Je voudrais commencer les vœux que j’adresse à mes paroissiens en rappelant que c’est la première fois que je suis curé. Vous êtes « my frist love » parce que dans l’histoire d’un prêtre la première paroisse qui nous est confiée c’est comme la première fois qu’on est papa et qu’on remet entre vos bras le bébé. Dans un premier temps j’ai décidé de mettre l’accent sur la rencontre, la découverte, l’écoute. C’est une phase d’observation.  Comme je vous l’ai dit lors de mon arrivée « si vous avez un problème avec moi la première chose à faire est de venir me voir pour parler avant d’aller vers d’autres personnes non concernées ».  Ne pensez surtout pas que je n’ai pas le temps, que je ne suis pas disponible, que je suis toujours pressé ou  que je ne peut-être dérangé par personne. Je le redis : « pour moi ce n’est pas  une question de temps ni de quantité de choses à faire mais une question de choix et de qualité de relation entre nous.»

          En tout cas voilà ce que moi j’ai à vous dire à l’occasion de ces vœux après ces premiers mois passé au milieu de vous : Je trouve que notre paroisse est vivante ! Elle possède de grandes potentialités. D’abord je voudrais souligner les potentialités immobilières. La grande salle est un atout énorme pour notre communauté. Les salles paroissiales sont  à votre disposition. Vous pouvez les utiliser pour des occasions familiales. L’immobilier a besoin d’être amélioré, restauré, mis aux normes et cela pendra le temps l’argent et l’énergie nécessaire. Mais il n’y a pas que le matériel il y a aussi les potentialités des personnes qui ne demandent qu’à s’épanouirent. Je veux veiller à cela en tant que curé. Depuis mon arrivée je suis témoin d’un véritable bouillonnement.

           Que chacun trouve sa place dans notre paroisse pour que nous ne soyons pas seulement une belle assemblée du dimanche mais une communauté, des frères et des sœurs ! A quoi on reconnait que nous ne sommes pas des « gens » les uns à coté des autres mais des « frères » et « sœurs » ici à Sathonay-Camp ? Si simplement on se salut, si on ose partager nos peines avec tel ou tel paroissien… « Aller vers les autres » me semble une priorité dans la société actuelle où nous vivons des atrocités parce que nous ne savons pas aller vers les autres autrement qu’avec de la mesquinerie et de l’irrespect! Sortons de nous-mêmes, de nos habitudes ! de nos jugements souvent trop hâtifs  de nos points de vus réducteurs ! Le pape François nous invite à la joie de sortir vers les autres comme Jésus est sorti du Père pour venir vers nous. Alors le vœu le plus cher que j’adresse à mes paroissiens le voici : allons vers les autres prenons comme engagement  pour commencer cette nouvelle année par exemple de se rapprocher d’un paroissien qu’on ne connait pas !