« Bonne année bonne santé… et surtout la santé ! » Mais pour les chrétiens la santé n’est pas le plus important ! Hé oui ! Le plus important c’est de vivre avec patience, avec courage et optimisme nos ennuis de santé, toutes nos difficultés et nos épreuves. Le chrétien n’est pas quelqu’un qui souhaite vivre dans un monde idéal, utopique. Le réalisme de notre foi nous plonge dans un monde où il est possible de « voir du bon en toute chose. » Le chrétien est constructif pour lui-même et pour la société. Il voit la lumière du bien même dans les épreuves, la maladie ou le handicape. Les problèmes de santé ne sont pas des souffrances envoyées par punition mais l’occasion de devenir meilleur, l’occasion d’être réaliste, optimiste, courageux, souriant etc… Alors ne nous souhaitons pas une « bonne santé » qui viendrait comme par magie, mais souhaitons nous plutôt de bien vivre nos problèmes de santé, de les vivre chrétiennement. De bien vivre toutes difficultés et de savoir transfigurer nos souffrances. La souffrance n’est pas une excuse ni une fatalité. C’est une chose de nier la souffrance et de prétendre idéalement s’en affranchir c’est autre chose que d’affronter la souffrance, de l’assumer et de la sublimer comme Jésus sur la Croix. A l’occasion des vœux que nous souhaitons en ce moment « ne répétons pas des formules toutes faites » mais pensons à ce qui est bon pour chacune des personnes à qui nous adressons nos vœux et souhaitons le meilleur de tout notre cœur.

Amen Alleluia !