Le service de catéchèse du diocèse de Lyon nous propose des fiches pour bien vivre le Triduum Pascal en respectant les mesures actuelles. Ceci n’est pas une activité supplémentaire venant charger notre quotidien. Ce n’est pas non plus une proposition intéressante ou une invitation facultative, un à coté dont on a besoin pour se distraire. Librement, sans obligation, par nécessité vitale et même avec plaisir, il ne dépend que de chacun d’entre nous de bénir et « sanctifier » ce confinement de carême (carême = quarantaine) qui nous plonge dans une situation inouïe ! Mercredi des Cendres, Jésus ne nous demandait-il pas ? « Retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte… »
Le fait de ne pas pouvoir se rassembler à l’église n’empêchera pas les chrétiens du monde entier de se replonger dans l’histoire de la mort et de résurrection de Jésus et de percevoir dans le secret de notre cœur la lumière qui nous fait voir le bout de tous les tunnels, de toutes les ténèbres et de tout le mal. Rameaux et fêtes de Pâques seront vécues cette année sous forme de « liturgie domestique ». C’est d’ailleurs ainsi que les juifs vivent « Pessarh » (Pâque) depuis des siècles. C’est pourquoi ne soyez pas étonnés si dans la proposition qui nous est faite, il est allusion à ce que vivent « nos grands frères » et même que nous empruntons leur coutume. Notre dimanche ne correspond-t-il pas à leur shabbat ? Notre Messe ne trouve-t-elle pas son origine dans leur Pâque (Exode 12 première lecture du Jeudi Saint) ? Le dernier repas de Jésus était déjà une liturgie domestique, dans « la chambre haute » qui se visite encore à Jérusalem. Occasion de nous rappeler que Jésus est juif et que chaque Vendredi Saint nous prions pour « les juifs à qui Dieu a parlé en premier : qu’ils progressent (nous aussi !) dans l’amour de son Nom et la fidélité à son Alliance. »

Que le Seigneur Jésus mort sur la croix par amour pour nous, vivant ressuscité pour toujours soit avec vous !